Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par Urops, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

L'info du moment

Quand le manque de sommeil fait tourner la tête

L’impact négatif du manque de sommeil sur la santé est maintenant bien connu avec, notamment, l’augmentation du risque de prise de poids ou de complications cardiologiques, neurologiques...

Les ORL alertent eux aussi sur un aspect dont on parle moins souvent, le lien entre sommeil et oreille interne. Ainsi, chez certaines personnes, le mauvais sommeil pourrait être impliqué dans les vertiges et les acouphènes. Dans le même temps, l’existence de ronflements très sonores et/ou d’un syndrome d’apnées du sommeil renforce ce risque. Enfin, la position du cou et de la tête peut également jouer un rôle dans ces symptômes.

En pratique, le message des ORL est clair : il peut être important de s’intéresser à la qualité du sommeil et de rechercher un syndrome d’apnées du sommeil chez les personnes présentant des acouphènes invalidantes ou des vertiges inexpliqués.

Source : Open Rome

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz