Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par Urops, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

Stress lié au COVID-19

L'info du moment

C’est l’été, il fait chaud : et si on faisait la sieste ?

L’été, l’ambiance des vacances, le rythme ralenti, la chaleur : autant de raisons de se sentir un peu somnolent après le déjeuner. Faut-il se laisser tenter par cette occasion de recharger les batteries ?

La réponse est plutôt OUI. A ce moment de la journée, une sieste courte permettrait de réduire les risques d’accidents de la circulation ou du travail, améliorerait la mémoire, libèrerait la créativité, dissoudrait le stress, rééquilibrerait le fonctionnement du système nerveux et serait bonne pour la digestion et le cœur. Oui à la sieste donc, à condition de respecter quelques règles :

  • privilégiez des siestes courtes (de 10 à 30 minutes) afin de ne pas gêner l’endormissement du soir ;
  • faites votre sieste dans un créneau entre 12 et 15 h ;
  • choisissez un lieu calme (pas obligatoirement un lit) ;
  • ne vous mettez pas dans le noir complet, n’empêchez pas les bruits normaux de la maison, de façon à vous réveiller spontanément dès que le sommeil devient plus léger en fin de sieste ou utilisez un réveil ;
  • il n’est pas toujours facile de s’endormir à la demande, mais somnoler suffit pour récupérer ;
  • enfin, si vous faites la sieste parce que vous avez besoin de récupérer de nuits de sommeil de mauvaise qualité, il faut avant tout trouver et traiter la cause de ces mauvaises nuits.

Source : Open Rome

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz