Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par MFP Services, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

Stress lié au COVID-19

L'info du moment

Activité physique en fin de journée et bon sommeil sont-ils compatibles ?

L’importance de l’activité physique et du sport dans le maintien de la santé est désormais bien démontrée. Mais il n’est pas toujours facile de caser des séances d’activité physique régulières dans l’emploi du temps hebdomadaire, surtout si l’on travaille. Pour beaucoup d’entre nous, en semaine, les seuls créneaux possibles à libérer sont en fin de journée. La question qui se pose est alors : « cette activité physique en fin de journée ne risque-t-elle pas de perturber mon sommeil ? »

Une large analyse de 15 études disponibles, récemment publiée par des chercheurs canadiens, a permis de synthétiser les connaissances sur ce sujet. Cette étude a montré que l'exercice physique intense se terminant au plus tard deux heures avant le coucher facilite l'endormissement et augmente la durée du sommeil. Seul bémol à cette constatation : l'exercice terminé moins de deux heures avant le coucher affecte le sommeil en rallongeant le temps d’endormissement et en diminuant la durée du sommeil.

Au final, l’activité physique améliore globalement le sommeil mais mieux vaut éviter tout exercice physique à forte intensité dans les deux heures qui précèdent l’endormissement.

Sleep Medicine Reviews

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz