Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par MFP Services, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

Stress lié au COVID-19

L'info de la semaine

Quand l’allergie gêne le sommeil

Il commence déjà à faire chaud dans les logements, le stress lié au COVID-19 reste présent et beaucoup de personnes se plaignent de mal dormir. Mais les beaux jours et le déconfinement riment aussi avec le retour en force des allergies, ce qui peut également être une vraie cause de troubles du sommeil.

En perturbant la respiration, les allergies respiratoires ont en effet un impact sur le sommeil. Physiologiquement le mécanisme est souvent le même : nez et gorge sont congestionnés et épaissis par l’allergie, le passage de l’air devient plus difficile, toux et éternuements peuvent s’ajouter, tout cela entrainant un sommeil fragmenté et moins réparateur. Des études ont montré que près de trois quarts des adultes allergiques ont un sommeil perturbé ; et cela peut aussi concerner les enfants.

Si vous ou votre enfant dormez mal depuis que les pollens sont de retour, évoquez le risque allergique avec votre médecin.

Source : Open Rome

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz