Somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par MFP Services, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

L'info de la semaine

Consommation de benzodiazépines : toujours trop !

Le magazine Notre Temps a récemment publié la liste 2018 des 30 médicaments les plus prescrits aux personnes de plus de 60 ans. Ces informations ont été collectées par l’Institut national des données de santé (INDS).

Dans ce top 30, on retrouve encore 3 benzodiazépines.

Pour rappel, les benzodiazépines - si elles peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisées à long terme. Cela est particulièrement vrai chez les seniors chez qui la capacité d’élimination des médicaments par les reins et le foie diminue au fil des années, augmentant le risque d’accumulation et d’effet toxique.

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’hésitez pas à rediscuter régulièrement de l’utilité de ce traitement avec votre médecin traitant. Mais n’interrompez jamais seul votre traitement car un arrêt brutal peut être dangereux.

Source : Enquête Notre Temps

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz