Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par MFP Services, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

L'info de la semaine

La prescription des antidouleurs de plus en plus encadrée

Différentes classes de produits existent pour lutter au mieux contre la douleur. Malheureusement, certains de ces produits, très efficaces, peuvent aussi entrainer une dépendance. C’est particulièrement le cas des antalgiques opioïdes et notamment ceux à base de tramadol :

  • le plus consommé en France (chiffre 2017),
  • le plus responsable d’ « usages problématiques », à la fois chez les usagers de drogue et dans la population générale pour le traitement de la douleur,
  • le plus impliqué dans les décès liés à un surdosage en antidouleur, devant la morphine.

Afin de limiter ce problème et de mieux encadrer l’usage de ce médicament utile, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) vient de prendre des mesures fortes. A compter du 15 avril 2020, la durée maximale de prescription des médicaments contenant du tramadol sera réduite de 12 mois à 3 mois. Au-delà de 3 mois, la poursuite d’un traitement par tramadol nécessitera une nouvelle ordonnance.

L’ANSM en profite pour rappeller aux patients de respecter l’ordonnance (dose et durée), reconsulter si la douleur n’est pas suffisamment soulagée, ne pas arrêter brusquement ces traitements.

Source : ANSM

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz